La Bolinette : soupe quotidienne et entreprise louviéroise de l’année

Même pas deux années d’existence, mais déjà une belle reconnaissance de la clientèle et du public : La Bolinette de Maud et Thomas a suscité beaucoup d’enthousiasme avec ses soupes, quiches et croque-monsieurs issus de leurs propres cultures. Ils ne s’attendaient pourtant pas à être désignés Louviérois de l’année 2019 dans la catégorie « entrepreneuriat ».

« Effectivement, ce fut une surprise totale pour nous, car les deux autres entreprises nominées (ndlr : Le Stuart et La Bella Sicilia) ont fait leurs preuves depuis longtemps, et nous sommes une toute petite entreprise de deux personnes », explique Maud Lombardo, qui a créé le projet avec son compagnon, Thomas Lechien. « Mais peut-être est-ce le fait que les jurés veulent encourager une démarche qui parle à beaucoup de gens ? »

Le projet remonte à 2015. Maud et Thomas ont décidé de quitter leur boulot pour créer une activité, qui devait avoir du sens à leurs yeux. Ils ont acheté un terrain de 70 ares à Trivières pour y créer un jardin maraîcher. L’idée était de cultiver de manière naturelle (sans produits phyto chimiques, respect du sol, pas de tracteur) des fruits, légumes et herbes aromatiques de saison. Et de vendre des produits sains en circuit court et local, sur place, sur les marchés, auprès de quelques détaillants. La Farandole des Saisons était née.

Mais l’objectif était aussi d’aller plus loin : transformer ces produits frais et les vendre prêts à consommer chauds pour en faire profiter un maximum de monde… C’est ainsi qu’est apparue La Bolinette, place Mansart, en mai 2018. « L’Ère du Vrac, qui vendait nos produits, nous a signalé qu’il y avait une petite surface commerciale vide à côté de leur magasin. Nous nous sommes faits accompagner par la maternité commerciale de La Louvière », précise Maud Lombardo.

Duo complémentaire

Pendant trois ans après l’ouverture, la Bolinette bénéficie ainsi d’un loyer réduit dans un bâtiment de la ville, le temps de laisser l’activité prendre son essor. Voilà donc Maud occupée à gérer son « bar à soupe », pendant que Thomas cultive son jardin. Un duo complémentaire.

« Je transforme les légumes cultivés par Thomas pour en faire de la soupe, des croque-monsieurs, des quiches, que je vends tous les jours de la semaine de 12h à 14h. Je fais aussi un brunch un dimanche par mois. L’essentiel des ingrédients vient de notre jardin de Trivières, situé à 8 km. C’est donc vraiment du circuit court, qui garantit aussi la fraîcheur. Pour les autres ingrédients, comme les pommes de terre, les œufs, je m’adresse à des producteurs locaux, principalement. »

De l’avis général, le résultat final est une réussite. Maud et Thomas se mettent aussi parfois en mode traiteur pour agrémenter des conférences à la Bibliothèque, ou des événements à Keramis. « Nous avons même servi nos produits à un mariage. Ce n’est pas du tout notre activité principale, mais si on nous demande, généralement, on accepte ! »

C.Lo