Younited Belgium élu « Louviérois de l’année »

Les membres du projet socio-sportif « Younited Belgium » ont été élus Louviérois de l’année ce mercredi 22 janvier. Une grande fierté pour le coordinateur général du Relais Social, Dominique Debelle : « J’étais très ému quand l’équipe de Younited Belgium a été élue. Et que dire des joueurs, je n’ai vu que des sourires sur les visages. Nous sommes dans une période où revenir aux valeurs fondamentales en remettant l’humain au centre est essentiel. Les sans-abris sont les ambassadeurs d’une ville et il tenait vraiment à cœur des joueurs de représenter La Louvière et le RFC Houdinois. Hier était pour eux une reconnaissance humaine. C’était magistral et ils le méritent amplement. Nous remercions d’ailleurs toutes les personnes qui ont voté pour nous. »

Younited Belgium, quésako ?

Fondé en 2008 à Anvers sous le nom de Belgium Homeless Club, l’histoire du Younited Belgium et de La Louvière débute il y a trois ans : « Le Belgium Homeless Club était venu à La Louvière pour leur demander de créer une équipe de foot avec des sans-abris. Toutes les instances décisionnelles, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé, étaient partantes. Et contre toute attente, nous avons rapidement trouvé des joueurs », se souvient Dominique Debelle. « Nous avons organisé des entraînements et le RFC Houdinois s’est porté volontaire pour nous prêter main forte, affirmant qu’ils avaient de l’expérience en matière d’écolage de jeunes. Ils nous ont prêté une salle à Houdeng et des équipements ». Mais au fur et à mesure, l’équipe ne se compose plus seulement de sans-abris mais aussi de sans-papiers, de personnes en rupture sociale ou de personnes en mal-logement : « Les joueurs ne se retrouvaient plus dans le nom du projet, alors nous avons décidé de le rebaptiser au niveau fédéral en « Younited Belgium ». Chaque personne est un maillon de la chaîne. »

Aujourd’hui, Dominique Debelle considère que les objectifs du Younited Belgium sont atteints : « C’est l’esprit de terrain qui compte et pas les résultats. Certains joueurs commencent à voir une amélioration de leur état de santé. Ils vont courir après les entraînements, prennent soin de leur corps. Ils font aussi des activités ensemble et participent à des tournois en dehors des entraînements. Nous parvenons à les toucher au-delà des entraînements, à leur redonner un projet de vie quelque part. Certains membres de l’équipe ont même pu être relogés et engagés sur base de l’article 60. Le sport peut être un tremplin. »

Maud Wilquin